Accueil LOUPIC : le Pic Saint Loup et villages alentour

Accueil > Villages > Les Matelles

84 Articles : 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80

  • L’élevage des vers à soie

    14 mars 2004, par Cornillon Bernard

    Aux Matelles comme dans de nombreuses contrées du Midi, la sériciculture participait à la polyactivité qui fut la règle pendant de longs siècles. Au plus fort, cette activité c’était environ 4400 mûriers sur la commune. Même si beaucoup ont disparu, l’élevage des vers à soie (= les magnans) s’inscrit, aujourd’hui encore, en filigrane dans les paysages matellois. Un exemple est le bâtiment situé en dehors des remparts, presque en face de l’église, au début du chemin du Triadou : il est constitué d’une (...)

  • Vue générale (1909) Site de cartes postales

    18 décembre 2003, par Perrey Luc

    "Parce que je suis, même si je n’y habite plus depuis longtemps, fidèle à mon village d’origine, je vous invite à regarder
    quelques cartes postales d’un village de l’Hérault, LES MATELLES, et de ses environs" .
    Rien à ajouter à cette introduction du site par son auteur.
    Bonne visite. C’est par là.

  • Blé La culture des céréales

    28 juillet 2003, par Cornillon Bernard

    Elles étaient cultivées soit pour la consommation humaine, soit pour celle du bétail.
    Évidemment c’était le blé tendre (ou froment), de la variété Touselle, qui était le grain le plus cultivé aux Matelles. Jusque vers 1850, un peu de seigle ou de méteil (mélange de blé et de seigle) était également semé chaque année (5 hectares au maximum). L’orge (variété Paumelle) était toujours présente alors que l’avoine ne fit son apparition qu’en 1814. Cette même année, on récoltait 3 à 4 fois la quantité de blé semée, (...)

  • Charbonnière L’exploitation des bois

    28 juillet 2003, par Cornillon Bernard

    Très boisée, la commune des Matelles était dans le canton celle qui exploitait le plus cette richesse. Dès avant la Révolution, tous les bois étaient privés alors que d’autres communes voisines possédaient de grands bois communaux. Le bois de chauffage, le charbon de bois (charbonille) et l’écorce constituaient l’essentiel des revenus liés aux bois.
    Les taillis de chênes étaient coupés tous les quinze ou vingt ans. Les propriétaires les exploitaient rarement eux-mêmes mais vendaient les coupes sur pied (...)

  • L’élevage du mouton

    Tout l’hiver les troupeaux de moutons broutaient les garrigues, chaumes, bords de chemins, et autres parcelles temporairement non cultivées.
    Sans être aussi important que dans certaines communes voisines, le troupeau matellois s’était maintenu entre 1800 et 2000 têtes pendant tout le XIXe siècle. Mais en 1928, il n’en restait que 1300 et 650 en 1952.
    Chaque bête donnait environ 1 kg d’une laine de qualité moyenne. Les agneaux étaient vendus pour la boucherie, tout comme les bêtes engraissées à (...)

  • Vigne La viticulture

    15 mai 2003, par Cornillon Bernard

    Si une culture a fortement marqué l’agriculture aux Matelles pendant la période 1750-1950, c’est bien celle de la vigne. Ce ne fut cependant pas sans crises, ni fluctuations
    Il est sûr que du vin du canton était vendu à Paris pendant la Révolution : lors d’une réquisition de charrettes pour l’armée, l’une d’entre elles ne put être rapidement disponible car elle était sur la route de Paris, transportant du vin ; son propriétaire était de Prades-le-Lez. Sur les Matelles, la vigne occupait alors une (...)

  • Les principaux revenus agricoles en 1853

    15 mai 2003, par Cornillon Bernard

    Pour l’ensemble de la commune : Bois, charbon de bois 5 990 F Fagots 2 000 F Bottes d’écorce 3 600 F Feuilles de mûrier 5 000 F Cocons de soie 7 500 F Laine 2 500 F Miel et cire 1 200 F Vin 26 000 F Olives 2 500 F

    Cette article est un chapître d’une série d’articles sur l’agriculture aux Matelles. En voici le sommaire complet : L’agriculture aux Matelles (1750-1950), L’élevage des moutons, L’élevage des vers à soie, La culture des céréales, La (...)

  • Au fil des saisons Les Matelles au fil des saisons

    15 mai 2003, par Cornillon Bernard

    Cette article est un chapître d’une série d’articles sur l’agriculture aux Matelles. En voici le sommaire complet : L’agriculture aux Matelles (1750-1950), L’élevage des moutons, L’élevage des vers à soie, La culture des céréales, La culture de l’olivier, La viticulture, L’exploitation du bois, Les principaux revenus agricoles matellois en 1853, Les Matelles au fil des saisons.

  • L’agriculture aux Matelles (1750-1950)

    15 mai 2003, par Cornillon Bernard

    Les deux siècles qui vont de 1750 à 1950 furent une période de profonds bouleversements pour les campagnes françaises : les famines et crises de subsistance avaient pratiquement disparu ; la communauté rurale, dans sa dimension collective et solidaire céda la place à des comportements plus individualistes ; de nouveaux matériels et pratiques agricoles diffusèrent largement ; et surtout, les transports se développèrent, ouvrant largement aux productions agricoles un horizon national d’abord, puis (...)

  • Peintures de Sabine Nirdé

    30 avril 2003, par Perrey Luc

    Depuis le 19 avril et pour tout le mois de mai Sabine Nirdé expose ses tableaux au musée des Matelles.
    Richesse des couleurs venant de contrées encore plus lointaines que l’Ariège où elle réside.
    Ses coordonnées :
    Sabine Nirdé
    Rue Principale
    09800 Aucazein

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80

breves

Sur le Web

RSS de Loupic News-Letter Page Facebook de Loupic Twittez Loupic

Vite dit vite su

Nous suivre

Au hasard

Articles récents

Dépêches récentes

Commentaires récents

©LOUPIC 2003-2019 | Participer | La Charte | Association PICLOUP | Loupic | CNIL n°1146276 | Contact | | Plan du site | Graphisme N.Héricourt